C’est de nouveau l’aube

Voir le panier «Les Funambules de l’indifférence» a été ajouté à votre panier.
Auteur: GEHRI, Francine-Charlotte
ISBN: 2010070732204
Date de parution: 01/01/1985

C’est de nouveau l’aube

16,80 CHF
Catégorie :

Description

Nouvelles

143 pages

Tendresse, acuité du regard et de tous les sens, humour, alliés à une écriture alerte et harmonieuse : des tableaux pleins de vie et d’émotion.

Début de la nouvelle C’est de nouveau l’aube:

Combien de fois cela fait-il que je m’éveille? Dix fois? davantage? En tout cas, ce sera la dernière: j’en ai assez, je me lève.
Il était passé minuit lorsque nous sommes rentrés et la fête, déjà, perdait de sa frénésie. Néanmoins, longtemps encore, son brouhaha joyeux continua de monter jusqu’à notre mansarde. On a dû tirer des fusées, dans mon demi-sommeil, j’avais conscience de leur éclatement et, en dépit des stores baissés, de la brusque illumination de la pièce, en jaune, en vert, en rouge.
Sans doute n’est-ce-pas, ainsi que je l’avais cru tout d’abord, un gémissement échappé à Denis qui m’aura réveillée, mais bien plutôt j’aurai perçu cette voix avinée qui se rapproche. Et puis ce bruit, ce bruit de pas que le silence de la rue déserte happe sous les pieds du fêtard pour me le faire ensuite claquer aux oreilles.
Assise au bord du lit, de l’orteil je pars à la recherche de mes mules. Le store que je relève grince; Denis se tourne sur le côté, grommelle inconsciemment, poursuit son sommeil.
C’est à peine l’aube. On se croirait à l’intérieur d’une perle bleue. Entre les toits, une brume lactescente se tisse, reliant la ville au lac qui respire faiblement. Pas une âme, hormis ce chanteur qui s”approche en zigzaguant, s’arrête à la hauteur de mon immeuble, sur le trottoir opposé, lève les yeux et, m’apercevant, porte deux doigts à sa casquette.
Il est très grand, et maigre; vêtu d’une ample blouse grise comme en portent les quincaillers. Elle n’est pas boutonnée, aussi le vent s’y faufile-t-il, la gonflant et en faisant flotter les pans. Paradoxalement, la brume qui devrait estomper ses traits agit à la manière d’une loupe, au travers de laquelle je distingue chaque détail de son visage: sous la visière, les yeux enchâssés dans des orbites profondes; les joues hâves accusant la repousse de la barbe des mauvais matins. Bien qu’il ait cessé de chanter, la bouche édentée demeure ouverte, laissant pendre sur le cou ridé une mâchoire carrée énorme. Voûté, il se borne à redresser la nuque pour me lorgner. A la main, il tient un litre vide sur l’étiquette duquel je déchiffre, imprimé en rouge, le mot BEAUJOLAIS.
Imperceptiblement, l’attitude de l’homme se modifie: lorsqu’il m’a fait signe, il était hilare; maintenant, je le sens qui se charge d’une absurde agressivité d’ivrogne. Rapidement, il s’est baissé; sur le bord du trottoir, il a fracassé son litre dont, à toute volée, le col part dans ma direction. J’esquive de justesse et le projectile atterrit derrière moi, sur le lit,  à la place où, tout à l’heure, je reposais.
L’homme rectifie son tir, le cul de la bouteille siffle à mon oreille et s’en va frapper à la tête Denis, qui s’éveille en sursaut.
Sans que je parvienne à comprendre comment il a gravi si vite les étages, déjà l’homme se rue dans la chambre. A la main, il tient une sorte de tisonnier dont, au passage, il frappe rageusement noter beau panneau d’émail blanc et bleu, où s’inscrit maintenant une zébrure couleur de rouille dont la seule vue me donne envie de pleurer. A grandes enjambées, il contourne le lit, atteint la troisième fenêtre, celle donnant sur la cour et qui est grande ouverte. Preste comme un chat, il y grimpe et s’y tient debout, le dos au vide. Le vent joue avec les pans de sa blouse. Assis en tailleur sur le lit, Denis, éberlué, le contemple sans mot dire. Moi, je me dissimule de mon mieux derrière la bibliothèque. […]

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “C’est de nouveau l’aube”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catalogue complet

Catalogue complet

Sur les réseaux sociaux

Nous nous réjouissons de vous retrouver et d'échanger avec vous sur Facebook et Twitter !
Plaisir de Lire sur Facebook

Plaisir de Lire sur Facebook

Plaisir de Lire sur Twitter

Plaisir de Lire sur Twitter

Les Éditions Plaisir de Lire sur Instagram

Les Éditions Plaisir de Lire sur Instagram

Plaisir de Lire sur YouTube

Plaisir de Lire sur YouTube