Le Mège

Auteur: PELLATON, Jean-Paul
ISBN: 9782940486427
Date de parution: 01/01/2015

Le Mège

11,00 CHF23,00 CHF
Effacer
UGS : N/A Catégorie :

Description

Le Mège peut être considéré comme LE grand livre de Jean-Paul Pellaton. Un mège, en français archaïque, est un médecin généraliste de type ambulant, à demi autodidacte, généralement amateur de plantes, un peu alchimiste pour ne pas dire sorcier, rebouteux ou guérisseur, plutôt que médecin. Xavier Meuret de Miécourt est un mège. Fils de menuisier, promis à l’établi, il est curieux de tout et s’initie à la médecine. Il devient alors une de ces figures emblématiques des montagnes jurassiennes, courant les fermes de son pays, soignant les paysans et parfois les bêtes; sympathique et toujours intéressé à la vie humble et rude de ses contemporains.

En 1787, Xavier pousse ses pérégrinations jusqu’en Bourgogne, puis à Paris où il arrive en pleine Révolution. Ce qui va passionner le mège, au-delà des conflits politiques, c’est sa rencontre avec Mesmer: un étonnant illuministe qui tente d’établir entre l’homme et les forces cosmiques des lien énergétiques qui pourraient tout guérir et tout bouleverser.

Le Mège est un étonnant roman picaresque, en même temps qu’une fresque éclairante de la vie quotidienne et des mœurs du XVIIIe siècle.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le Mège”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ANTOINE
A cinq heures, Xavier revint à l’auberge, fouilla la salle du regard. L’homme lisait toujours, dos au mur, genoux coincés contre la table. Il semblait n’avoir pas changé de posture depuis le matin, ayant choisi sa place près de la fenêtre du fond pour cueillir sur sa page la meilleure lumière. Personne n’avait osé le déranger.
L’auberge était presque pleine, ce dimanche d’été où les villageois, entre la promenade de l’après-midi et les soins au bétail, venaient se rafraîchir, bavarder, se retrouver. On parlait fort, on riait, on appelait la jeune servante qui courait d’un coin à l’autre. Seul, absent, insensible au va-et-vient et au bruit, l’homme continuait de lire, un verre vide à côté de lui.
Xavier, resté debout, s’entendit héler. A une table ronde, trois de ses amis, Conrad Pheulpin, Laurent Froté et Bonvallat l’aîné lui faisaient signe de les rejoindre. Il s’avança sans dire un mot, mais il ne cessait pas d’observer comme un phénomène le gars et son livre, détaillait un corps tout en os, de haute taille, le profil sec, les cheveux châtains qui tombaient en mèches luisantes sur les épaules, la longue souquenille en toile grise. A la maigreur féline des formes, on le devinait jeune. Mais cette placidité? Cette persévérance dans une attention qui suppose que les muscles et le sang fassent longtemps silence ? Une si parfaite immobilité n’était pas de son âge.

Vous aimerez peut-être aussi…

Catalogue complet

Catalogue complet

Sur les réseaux sociaux

Nous nous réjouissons de vous retrouver et d'échanger avec vous sur Facebook et Twitter !
Plaisir de Lire sur Facebook

Plaisir de Lire sur Facebook

Plaisir de Lire sur Twitter

Plaisir de Lire sur Twitter

Les Éditions Plaisir de Lire sur Instagram

Les Éditions Plaisir de Lire sur Instagram

Plaisir de Lire sur YouTube

Plaisir de Lire sur YouTube