Cent petites histoires cruelles et Trente-six petites histoires curieuses

Voir le panier «Heures d’automne, Heures d’hiver» a été ajouté à votre panier.
Auteur: BILLE, S. Corinna
ISBN: 9782880870164
Date de parution: 01/01/1985

Cent petites histoires cruelles et Trente-six petites histoires curieuses

18,00 CHF

Description

246 pages

Avertissement de Maurice Chappaz

Postface de Marguerite Saraiva-Nicod

” […] C’est ce qui arrive au lecteur de Corinna Bille. Il s’avance, porté par le mouvement d’un récit, d’une description, d’une suite de poèmes, dans un monde où le réel et l’imaginaire, l’onirique et le fantastique se mêlent avec un naturel parfait; mais soudain une phrase, un poème, font éclater la surface familière. Les choses, les êtres, le vécu des hommes, acquièrent une dimension d’un autre ordre, entre eux apparaissent des rapports bouleversants.” 

 

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Cent petites histoires cruelles et Trente-six petites histoires curieuses”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Extrait 1 : Une petite histoire cruelle

Obscure Peuplade

Dans la forêt il y a de drôles de petits hommes, il y a de drôles de petites femmes. Elles ont les cheveux comme la queue des lézards, ils ont les os comme ceux des oiseaux.
J’ai entendu des vieilles qui les avaient vus, j’ai visité leurs grottes vides dans les rochers. Et maintenant, je pense à leurs petits os, à la poussière de leurs petits os.
Et moi, la géante et la bien nourrie, je me dis que ces sauvages, ces nains, sont mes arrière-grands-parents, les parents lointains de mes parents.

Extrait 2 : Une petite histoire curieuse

Le petit train de Locarno

Il tourne autour de la ville comme un carrousel bleu, en sifflant, très poliment. On est si bien dedans, j’y resterais des jours. On y voit de drôles de choses, des chats noirs sur les églises, la tignasse filasse et la barbe rousse des hippies, des pigeons et des fresques sur les maisons, des damnés dans les flammes, un lac sans feu ni lieu, une forêt citadine cultivée par les amants.
Et les roses? On les mangerait en passant, on deviendrait cannibale de roses. Mais les jardiniers ont des képis, souvenez-vous-en!
On tournerait toute la vie dans ce train bleu et blanc, mais le contrôleur n’est pas forain, souvenez-vous-en!

Catalogue complet

Catalogue complet

Sur les réseaux sociaux

Nous nous réjouissons de vous retrouver et d'échanger avec vous sur Facebook et Twitter !
Plaisir de Lire sur Facebook

Plaisir de Lire sur Facebook

Plaisir de Lire sur Twitter

Plaisir de Lire sur Twitter

Les Éditions Plaisir de Lire sur Instagram

Les Éditions Plaisir de Lire sur Instagram

Plaisir de Lire sur YouTube

Plaisir de Lire sur YouTube