Un sou d’or

Voir le panier «Mortes, mes îles» a été ajouté à votre panier.
Auteur: GEHRI, Francine-Charlotte
ISBN: 2010070740308
Date de parution: 01/01/1983

Un sou d’or

12,00 CHF
Catégorie :

Description

Nouvelles

186 pages

Préface de Simone Cuendet (voir ci-dessous)

Tranches de vie frôlant parfois le fantastique, rendues avec autant de vérité psychologique que d’élégance de style.

Préface de Simone Cuendet:

Joie rare, assurément, privilège délicat que d’avoir soudain entre les mains les textes d’un auteur inconnu à ce jour, d’un auteur sans prétention qui assure – et on le sent – écrire par plaisir et qui, ce faisant, écrit BIEN. Cela n’a l’air de rien: écrire bien. Et pourtant! Voici que sans effort apparent, sans apprêt, tout naturellement  semble-t-il, voici que naissent des personnages. Des personnages de tous les jours, des vous et moi comme on en croise constamment sur son chemin. Mais l’extraordinaire est qu’en quelques pages, au fil des mots, ils s’animent, deviennent vivants, palpables, “personnalisés” comme disent les chroniqueuses de mode, avec leurs sentiments propres, leurs aspirations, leurs désespoirs, leur humour, leurs déceptions, leurs angoisses, leurs questions, leurs rêves. Avec leur “moi”, enfin, qui n’est celui de nul autre.
Cinq nouvelles, chacune un monde en soi. Car autour des héros évoluent d’autres personnages, tous intéressants, tous minutieusement typés, même pour une brève apparition. Et que dire des paysages où le mot juste, poétique, pittoresque crée immédiatement un climat dont on a peine à se déprendre. Que dire des villages, des maisons, du ciel, des routes, d’une roulotte, d’un train ou même de ce stade immense et solitaire sous la pluie: atmosphère surprenante, frôlant parfois le fantastique, rendue cependant avec une grande simplicité.
Mais attention: simplicité qui n’exclut pas des incursions psychologiques poussées très avant et une réelle élégance de style en dépit de certaines longueurs, certains attardements, plutôt.
Le point commun des personnages de Francine Gehri c’est le côté pathétique de la tranche de vie – aboutissant presque toujours à la mort – qu’elle nous en donne. Rien de mièvre, pourtant, ni d’infantile, rien de facile dans ces humbles vies quotidiennes, tant s’en faut. Mais le désespoir n’y est jamais stérile, ni la générosité superficielle, ni la méchanceté gratuite, ni la bonté un futile sentiment de patronage. Il y a un côté solide dans ces faibles humains de chaque jour.
Ce petit livre donnerait le feu vert à une authentique romancière que cela ne m’étonnerait nullement. Certes, tous n’y est pas parfait, le métier comme tout autre, s’apprend chaque jour. Mais il s’en dégage un charme – au sens magique du mot – extrêmement attachant. Envoûtant, même, ce qui est le propre d’un charme. Aussi reste-t-on longtemps hanté par ces héros pitoyables et émouvants. Après tout, n’est-ce pas là le but, l’essentiel de tout livre et de tout écrivain?
Il me paraît évidement que Francine Gehri l’a atteint.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Un sou d’or”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…

Catalogue complet

Catalogue complet

Sur les réseaux sociaux

Nous nous réjouissons de vous retrouver et d'échanger avec vous sur Facebook et Twitter !
Plaisir de Lire sur Facebook

Plaisir de Lire sur Facebook

Plaisir de Lire sur Twitter

Plaisir de Lire sur Twitter

Les Éditions Plaisir de Lire sur Instagram

Les Éditions Plaisir de Lire sur Instagram

Plaisir de Lire sur YouTube

Plaisir de Lire sur YouTube