I. AESCHLIMANN, Un Eté de trop