La densité de l’instant

Auteur: MORALES, Fabienne
ISBN: 9782883870963
Date de parution: 15/02/2018

La densité de l’instant

16,00 CHF

39 en stock (peut être commandé)

Catégorie :

Description

Joséphine marche à travers le Jura, Clarita affronte les remontrances infondées d’un supérieur, Sonia ne sait pas tricoter, Georges conserve trois objets au fond de sa poche, l’horizon de Louis prend les contours d’un sanglier… Quatorze nouvelles qui mettent en scène autant de héros de l’ordinaire confrontés au questionnement que chacun, un jour, rencontre : quelle est ma place dans ce monde ? Si les personnages de La densité de l’instant éprouvent parfois la nécessité de renverser l’ordre des choses pour entreprendre ce voyage vers eux-mêmes, ils nous racontent par-dessus tout, résolument, le désir de vivre.

2 avis pour La densité de l’instant

  1. Francis Richard

    Il n’est pas le seul, Louis Borgeaud, l’un des personnages de Fabienne Morales, à être absorbé dans La densité de l’instant. Il serait peut-être plus juste de dire que tous ses personnages vivent des instants denses, et qu’ils s’y fondent.

    Car ce qui fait l’unité de ce recueil de nouvelles, dont le titre est, comme c’est souvent l’usage, le titre de l’une d’entre elles, c’est le corps à corps des personnages, qui luttent ou contre eux-mêmes, ou contre d’autres, pour… exister.

    Découvrez toute la chronique sur : http://www.francisrichard.net/2018/02/la-densite-de-l-instant-de-fabienne-morales.html

  2. Fattorius

    Des questions sociales des plus actuelles sont abordées dans les 14 nouvelles de ce livre. Il y a certes celle du harcèlement sexuel, où la victime est au féminin, présente dans “La Tache” et dans “A la Migros”. Mais il y a aussi les mutations du monde agricole, qui transparaissent dans “La Densité de l’instant”, la dépendance, dans “Rhinella Marina”, ou la découverte d’une sexualité différente et apaisée dans “Syllabe contre syllabe”. Que cela ne fasse toutefois pas paraître ce recueil trop grave! L’auteure rappelle que les bonnes choses, qu’elles soient une bonne randonnée ou un bon verre de vin, ont toujours leur place quelque part dans la vie de ses personnages – des personnages, justement, avec lesquels on pourrait avoir envie de boire un verre… ou pas – et donc dans celle de ses lecteurs.
    Lire tout l’article sur le blog de Fattorius : http://fattorius.blogspot.ch/2018/03/letre-humain-au-cur-du-premier-recueil.html

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« […] et tu pars où ? a dit ma collègue Solange que j’ai rencontrée sur la place Pépinet, mon petit sachet Payot pendouillant à mon poignet. Tentation perfide du mensonge, l’air faussement détaché oh j’atterris lundi dans la nuit à Kuala Lumpur. Chignon négligemment retenu par un crayon à papier, le Moleskine façon grands voyageurs dans le sac ; en bandoulière, forcément. Euh, Mont-la-Ville ; mais c’est en Suisse, ça ? […] »

Sur les réseaux sociaux

Nous nous réjouissons de vous retrouver et d'échanger avec vous sur Facebook et Twitter !
Plaisir de Lire sur Facebook

Plaisir de Lire sur Facebook

Plaisir de Lire sur Twitter

Plaisir de Lire sur Twitter

Les Éditions Plaisir de Lire sur Instagram

Les Éditions Plaisir de Lire sur Instagram

Plaisir de Lire sur YouTube

Plaisir de Lire sur YouTube